Centre d'analyse MCD
Chaire MCD

Axes de recherche

Les axes qui structurent notre programme de recherches sont :

a) dans une perspective institutionnaliste et régulationniste, la compréhension de l'établissement et de la reproduction économique et politique d'un régime d'accumulation centré sur la finance, c'est-à-dire centrée sur l’analyse : de la dynamique macro-structurelle d'ensemble du régime, de la production de nouveaux rapports socio-économiques et des nouvelles formes institutionnelles/organisationnelles du capital financier,

b) dans une tradition plus culturaliste et phénoménologique, l'analyse des pratiques, des acteurs et des institutions de l'accumulation financière saisis en tant que "phénomène social total" (approche qui s’inspire des courants anglo-saxons de Cultural Economy et Social Studies of Finance ainsi que de la démarche de Simmel). 

Ces recherches ont pour cadre empirique privilégié le Canada, mais nous travaillons aussi dans une perspective comparative en collaboration avec des chercheurs états-uniens, européens et sud-américains dans le cadre d'un groupe de travail international sur la financiarisation (International Working Group on Financialization). Finalement, nous nous intéressons aussi à des phénomènes empiriques qui ne peuvent se comprendre que dans un cadre spatial transnational et global telle que, par exemple, les places financières où se concentre matériellement et symboliquement la puissance du capital financier.

Notre programme s'inscrit dans une réflexion plus générale sur l'articulation « économie et société » propre à la société contemporaine, société dont le devenir, que nous considérons comme indéterminé, est traversé par des procès contradictoires de "postmodernisation" (Freitag), de massification réflexive (Beck, Lash et Urry) et de mondialisation néolibérale (Bourque, Duchastel, Pineault). Cette réflexion implique un ensemble de recherches fondamentales (sociologique, philosophique et économique) sur la nature du capitalisme dans les sociétés modernes et contemporaines, dont un réexamen des catégories par lesquelles celui-ci se reproduit (argent, valeur, capital, travail) à l'aune des exigences épistémologiques de la sociologie contemporaine (dialectique et compréhensive) et de l'historicité même du capitalisme comme forme sociale (à partir de la distinction entre capitalisme classique et capitalisme avancé). Les recherches sont menées à partir d'une relecture des travaux de Marx ainsi que de certaines interprétations ("postmarxistes") de son oeuvre, dont celles de Tran Hai Hac, Moishe Postone et Michel Henry.

UQAM - Université du Québec à Montréal  ›  Mise à jour : 14 octobre 2010